7 bienfaits de la curcumine prouvés scientifiquement

Les nombreuses vertus de la curcumine

La curcumine est le pigment principal du curcuma, de couleur jaune. Elle est utilisée en tant que colorant alimentaire sous l’appellation E100. Elle est très populaire dans les médecines asiatiques et notamment indiennes, en raison de ses nombreuses vertus médicinales.

C’est un anti-inflammatoire et un antioxydant extrêmement puissant, mais elle aurait également des effets sur les maladies cardiaques, Alzheimer et pourrait prévenir certains cancers. Plusieurs rapports ont indiqué qu’elle serait plus puissante que l’ibuprofène contre l’inflammation, et la plupart des revues scientifiques indiquent qu’elle compte parmi les aliments naturels à plus fort potentiel curatif et préventif pour de nombreuses pathologies. Elle est de fait déjà intégré dans de nombreux compléments, notamment les anti inflammatoires pour les sportifs (en association avec le poivre noir).

En fait, elle serait l’aliment naturel le plus puissant qui existe en médecine naturelle. Alors…on vous a donné envie d’en savoir davantage ?

 

7 bienfaits de la curcumine

1. La curcumine est un composé naturel anti-inflammatoire

L’inflammation est très importante. Elle  aide le corps à combattre les  agressions externes et joue également un rôle dans la réparation des dommages.

Sans inflammation, les agents pathogènes comme les bactéries pourraient facilement prendre possession de notre corps et nous tuer.

Bien que l’inflammation aiguë (à court terme) soit bénéfique, elle peut devenir un problème majeur lorsqu’elle est chronique (à long terme) et déployée de manière inappropriée contre les tissus du corps.

On pense maintenant que l’inflammation chronique et de bas niveau joue un rôle majeur dans presque toutes les maladies chroniques et occidentales. Cela comprend les maladies cardiaques, le cancer, le syndrome métabolique, la maladie d’Alzheimer et diverses affections dégénératives (4, 5, 6).

Par conséquent, tout ce qui peut aider à lutter contre l’inflammation chronique est d’une importance potentielle pour prévenir et même traiter ces maladies.

Il s’avère que la curcumine est fortement anti-inflammatoire, elle est si puissante que son efficacité équivaut à celle de certains anti-inflammatoires (7).

La curcumine joue réellement un rôle au niveau moléculaire.

La curcumine bloque la protéine NF-kB, qui se déplace dans les noyaux des cellules et active les gènes liés à l’inflammation. On pense que cette protéine joue un rôle majeur dans de nombreuses maladies chroniques (8, 9)..

La curcumine est donc une substance bioactive qui combat l’inflammation au niveau moléculaire (10, 11, 12).

Dans plusieurs études, sa puissance a été comparée aux médicaments pharmaceutiques et anti-inflammatoires … mais avec beaucoup moins d’effets secondaires  (13, 14).

 

2. La curcumine stimule le facteur neurotrophique dérivé du cerveau, lié à une amélioration de la fonction cérébrale et à une diminution des risques de maladies cérébrales

Auparavant, on croyait que les neurones n’étaient pas capables de se diviser et de se multiplier après la petite enfance.

Cependant, on sait maintenant que cela se produit.

Les neurones sont capables de former de nouvelles connexions, mais dans certaines régions du cerveau, ils peuvent aussi se multiplier et augmenter en nombre.

L’un des principaux facteurs de ce processus est le facteur neurotrophique dérivé du cerveau (BDNF), qui est un type d’hormone de croissance qui fonctionne dans le cerveau (20).

De nombreux troubles cérébraux ont été associés à une diminution des niveaux de cette hormone. Ces troubles comprennent la dépression et la maladie d’Alzheimer  (21, 22).

La curcumine peut également augmenter les niveaux de BDNF dans le cerveau  (23, 24).

En faisant cela, elle peut être efficace pour retarder ou même inverser de nombreuses maladies cérébrales et la diminution de la fonction du cerveau liée à l’âge (25).

Vous aimerez aussi :  Les bienfaits du champignon de Paris (Cancer, Vitamines, antioxydant)

Il est également possible que cela puisse aider à améliorer la mémoire et vous rendre plus intelligent. Il est raisonnable de penser cela, compte tenu de ses effets sur les niveaux de BDNF, mais cela doit absolument être testé dans des essais contrôlés sur l’homme (26).

3. La curcumine conduit à diverses améliorations qui devraient réduire le risque de maladie cardiaque

La maladie cardiaque est la plus grande cause de décès au monde (27).

Elle a été étudiée pendant de nombreuses décennies et les chercheurs en ont beaucoup appris sur ses origines.

Il s’avère que la maladie cardiaque est très compliquée et plusieurs facteurs y contribuent.

La curcumine peut aider à renverser de nombreuses étapes du processus de maladie cardiaque (28).

Le principal atout de la curcumine en matière de maladie cardiaque, est peut-être celui d’améliorer la fonction de l’endothélium, qui est la doublure des vaisseaux sanguins.

Il est bien connu que le dysfonctionnement endothélial est un facteur majeur de maladie cardiaque et implique une incapacité de l’endothélium à réguler la tension artérielle, la coagulation sanguine et divers autres facteurs (29).

Plusieurs études suggèrent que la curcumine conduit à des améliorations de la fonction endothéliale. Une étude montre qu’elle est aussi efficace que l’exercice physique, une autre montre qu’elle fonctionne aussi bien que le médicament Atorvastatine  (30, 31).

Mais la curcumine réduit également l’inflammation et l’oxydation qui sont également importantes dans les maladies cardiaques.

Une étude a été menée sur 121 patients qui ont subi un pontage coronarien et ont été soumis à un essai clinique randomisé, soit ils se sont vu administrés un médicament placebo, soit on leur a prescrit 4 grammes de curcumine par jour, quelques jours avant et après l’intervention chirurgicale.

Le groupe de la curcumine a présenté une diminution du risque de crise cardiaque à l’hôpital de l’ordre de 65%. (32).

4. La curcumine peut être utile pour prévenir et traiter la maladie d’Alzheimer

La maladie d’Alzheimer est la maladie neurodégénérative la plus répandue dans le monde et une des principales causes de démence.

Malheureusement, aucun traitement adéquat n’est disponible pour la maladie d’Alzheimer.

Par conséquent, l’empêcher de se développer en premier lieu est d’une importance capitale.

Et la curcumine a peut-être un rôle à jouer car il a été montré qu’elle pouvait traverser la barrière hémato-encéphalique (39).

On sait que l’inflammation et les dommages oxydatifs jouent un rôle dans la maladie d’Alzheimer. Et comme on le sait maintenant, la curcumine a des effets bénéfiques sur les deux (40).

Mais une caractéristique clé d’Alzheimer est une accumulation de protéines appelées plaques amyloïdes. Des études montrent que la curcumine peut aider à éliminer ces plaques (41).

La question de savoir si la curcumine peut ralentir ou même inverser la progression de la maladie d’Alzheimer doit encore être étudiée.

5. Les patients atteints d’arthrite répondent très bien à la supplémentation en curcumine

L’arthrite est un problème courant dans les pays occidentaux.

Il  en existe plusieurs types différents, mais la plupart impliquent une sorte d’inflammation dans les articulations.

Étant donné que la curcumine est un anti-inflammatoire puissant, il est logique qu’elle puisse aider l’arthrite et plusieurs études en attestent.

Dans une étude sur les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde, la curcumine était encore plus efficace qu’un médicament anti-inflammatoire (42).

Beaucoup d’autres études ont examiné les effets de la curcumine sur l’arthrite et ont noté des améliorations sur divers symptômes (43, 44).

6. Les études montrent que la curcumine présente des avantages considérables contre la dépression

La curcumine s’est révélée prometteuse dans le traitement de la dépression.

Dans un essai contrôlé, 60 patients ont été divisés en trois groupes  (45).

Vous aimerez aussi :  Perdre du poids : la solution probiotique

Un groupe a pris du prozac, un autre groupe a pris un gramme de curcumine et le troisième groupe a pris le prozac et la curcumine.

Après 6 semaines, la curcumine a entraîné des améliorations similaires à celles du prozac. Le groupe qui prenait à la fois le prozac et la curcumine a obtenu les meilleurs résultats.

Selon cette étude (petite étude), la curcumine est aussi efficace qu’un antidépresseur.

La dépression est également liée à une baisse des  niveaux de facteur neurotrophique dérivé du cerveau et à un hippocampe rétrécissant, zone du cerveau ayant un rôle dans l’apprentissage et la mémoire.

La curcumine augmente les niveaux de BNDF, ce qui pourrait inverser certains de ces changements (46).

Il existe également des preuves que la curcumine peut stimuler la sérotonine et la dopamine neurotransmetteurs du cerveau.  (47, 48).

 

7. La curcumine peut aider à retarder le vieillissement et à lutter contre les maladies chroniques liées à l’âge

Si la curcumine peut véritablement jouer un rôle dans la prévention des maladies cardiaques, du cancer et d’Alzheimer … alors cela aurait des avantages évidents sur la longévité.

C’est pour cette raison que la curcumine est devenue très populaire en tant que complément anti-âge  (49).

Mais étant donné que l’oxydation et l’inflammation sont censées jouer un rôle dans le vieillissement, la curcumine peut avoir des effets qui vont bien au-delà de la simple prévention de la maladie (50).

 

Sécurité et posologie

La curcumine peut être consommée sans dangers et sans effets secondaires jusqu’à 10g / jour (R).

Il est recommandé d’en ingérer 1 à 2g le matin, lors du réveil.

 

Curcumine: Risques potentiels et effets secondaires

Dans les modèles In-Vitro, la curcumine, à dose élevée, peut être cytotoxique et endommager l’ADN.

À faible dose elle agit comme un antioxydant puissant. À fortes doses, elle entraîne des dommages à l’ADN  (R).

La curcumine étant largement métabolisée dans l’intestin (R), l’augmentation des taux de plasma sanguin par consommation orale pour atteindre les niveaux administrés dans les tubes à essai de laboratoire, à ce moment-là n’ont pas été atteints dans le corps (in vivo). Il est également important de noter que de nombreuses études ont déjà montré une consommation de 10g / jour (c’est beaucoup) sans effets secondaires  (RR2).

De plus, pour obtenir des niveaux de solubilité plus élevés, la curcumine a été dissoute à l’aide d’éthanol.  Il n’est pas clair si la toxicité et l’endommagement de l’ADN sont dû à la curcumine, à l’éthanol ou à la  combinaison curcumine+ éthanol.

 

Testostérone

La curcumine peut inhiber les enzymes impliquées dans l’étape finale de la synthèse de testostérone. Cela pourrait conduire à une réduction des taux de testostérone à une concentration très élevée. Cependant, l’importance de cet effet n’est pas claire  (R).

Une étude indique que si les êtres humains peuvent consommer jusqu’à 8 grammes de curcuma par jour sans effets secondaires apparents, l’augmentation des niveaux de curcumine dans le sang  après la consommation de curcumine par voie orale n’est peut-être pas suffisante pour inhiber la synthèse de la testostérone.

 

Maladie de Parkinson

In vitro, la curcumine augmente l‘acide ribonucléique messager (ARNm) et l’enzyme LRRK2. Le LRRK2 est un gène dont l’expression a été positivement associée à la maladie de Parkinson. Cela pourrait, en théorie, conduire à un risque accru de maladie de Parkinson. Cependant, cette étude suggère que ce gène est seulement un des nombreux facteurs qui comprennent entre autres l’âge et la prédisposition génétique (R).

Crédit photo: wikimedia.org